En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bernard Lamarche-Vadel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Critique d'art, poète et romancier français (Avallon 1949 – château de la Rongère, Mayenne, 2000).

Critique d'art, auteur de monographies (Jean-Pierre Pincemin, 1979 ; Keiichi Tahara, 1984 ; Alberto Giacometti, 1984 ; Joseph Beuys, 1985 ; Klossowski, 1985 ; Arman, 1987) et de nombreux écrits sur la photographie (rassemblés dans Lignes de mire, 1995), il obtient le prix Goncourt du premier roman pour Vétérinaires (1993), récit baroque et angoissant, suivi de Tout casse (1995), allégorie apocalyptique de « l'espèce humaine, cette ignominie se saoulant de sa propre viande pour se reproduire ». Sa vie, son œuvre (1997) poursuit, dans un style convulsif jusqu'à l'hermétisme, des obsessions morbides proches de l'esthétique expressionniste. Il se fait ethnologue impitoyable de notre époque dans L'Art, le suicide, la princesse et son agonie (1998), recueil de nouvelles centrées sur la mort de la Princesse de Galles. Dépressif, il se suicide après un dernier titre publié, Comment jouer enfermement (1999).