En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Selma Lagerlöf

Selma Lagerlöf
Selma Lagerlöf

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière suédoise (Mårbacka 1858 – id. 1940).

Très vite, elle découvre que sa vocation sera de ressusciter l'art conteur immémorial du Nord sur un mode nouveau. Si la prose lyrique de la Saga de Gösta Berling (1891) témoigne d'une préoccupation esthétique (bonheur et beauté sont-ils possibles ?), elle rappelle aussi aux nécessités du travail, du devoir et de la responsabilité en exaltant le petit peuple et le pittoresque des traditions. Expulsé de son presbytère pour ivrognerie, le pasteur Gösta Berling échoue dans la joyeuse compagnie des « cavaliers d'Ekeby ». Tous sont hébergés par une femme autoritaire et bonne, la commandante : commence alors pour le pasteur une série d'aventures romanesques le conduisant bientôt à un renouvellement de son existence.

Divers volumes de contes où le fantastique affleure à tout moment sous la pesanteur du réel (les Liens invisibles, 1894 ; les Miracles de l'Antéchrist, 1897) entendent bien lutter autant contre le matérialisme que contre le fanatisme. Avec les deux volets de Jérusalem (1901-1902), épopée paysanne où mysticisme, culte de la famille et sens du devoir se situent à la limite ténue entre réel et irréel, et surtout les Écus de messire Arne (1903) qui pose le thème central de la faute et de la sanction, l'œuvre atteint sa maturité, manifestée avec éclat par l'ouvrage le plus populaire de toute la littérature suédoise, le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson (1906-1907) : conçu comme un manuel de géographie pour écoliers, ce récit didactique est un conte philosophique qui décrit l'odyssée du petit Nils, transformé en lutin à cause de sa méchanceté et emporté par les oies sauvages dans leurs migrations à travers la Suède. L'influence de Kipling, la foi dans le progrès, un nationalisme profond mais sans naïveté, la thématique morale (le travail seul apporte le bonheur et c'est au contact de la nature que le héros devient bon) font de cet écrit commandé pour les écoles primaires un véritable « roman de formation ». Son inspiration s'oriente ensuite vers des préoccupations religieuses, mais non sans ambiguïté : le Charretier de la mort (1912) est une œuvre de recherche et d'inquiétude, de doutes sur la foi ; la confiance en la Providence, la grâce et la réconciliation, l'obsession de la souffrance humaine dictent l'Empereur du Portugal (1914). Les ouvrages autobiographiques regroupés sous le titre de Mårbacka (1922-1932) et la trilogie des Löwensköld (1925-1928) dépeignent discrètement son idéal, le personnage de Charlotte Löwensköld aimant autrui et la vie, pleine d'humeur et d'humour. Prix Nobel de littérature en 1909, Selma Lagerlöf fut la première femme à entrer (1914) à l'Académie suédoise.