En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Lactance

en lat. Lucius Caecilius Firmianus Lactantius

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain latin (près de Cirta, Numidie, v. 250 – Trèves v. 325).

Élève d'Arnobe, il se convertit au christianisme et dut quitter la Bithynie, où il résidait au moment des persécutions de Dioclétien (305). En 317, il fut chargé par Constantin de l'éducation de son fils Crispus. Ses Institutions divines, en 7 livres, constituent le premier exposé d'ensemble en latin de la religion chrétienne, définie comme une sagesse qui complète et prolonge la philosophie profane plus qu'elle ne s'y oppose. Son traité sur la colère de Dieu tente de faire la synthèse entre la conception hébraïque d'un « Dieu de colère » et celle, hellénique, d'un Dieu inaccessible à toute passion. Dans son opuscule sur la mort des persécuteurs, il jette l'esquisse d'une théologie de l'histoire et montre que tous les oppresseurs du christianisme ont connu une mort soit cruelle, soit honteuse. Imprégné de culture classique, ce « Cicéron chrétien », comme on l'appelle à la suite de saint Jérôme, se fit le défenseur du « réemploi » de la rhétorique païenne pour l'expression des vérités du christianisme, et s'efforça de jeter un pont entre les cultures païenne et chrétienne.