En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hadji Qadir Koyi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète kurde (Koy-Sandjaq, Iraq, 1817 – Istanbul 1897).

Très tôt orphelin, il entra à l'école religieuse. Ses fonctions de mollah lui permirent de parcourir le Kurdistan, où il réagit vigoureusement contre l'assoupissement intellectuel de la hiérarchie islamique. Sa poésie, influencée par Ahmad-e Khani, exprime, en vers classiques, le désir du peuple kurde de voir reconnaître ses droits et sa liberté. Koyi exhorta les Kurdes à préserver leur langue, ciment de l'unité nationale, en ne se contentant pas d'écrire des poèmes d'amour, mais en abordant les problèmes d'éducation et de techniques nouvelles. Ses idées révolutionnaires lui valurent d'être persécuté par les Turcs qui détruisirent ses manuscrits, et ce n'est qu'en 1925, à Bagdad, que son premier Diwan vit le jour.