En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bernard-Marie Koltès

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Auteur dramatique français (Metz 1948 – Paris 1989).

En dépit de sa mort précoce, à l'âge de 41 ans, il est l'un des dramaturges les plus importants et les plus joués de ces vingt dernières années. Il a su renouveler l'écriture dramatique contemporaine en réconciliant le théâtre moderne avec le réalisme et la fiction et parler concrètement de notre temps en inventant une langue théâtrale puissante et poétique.

Une enfance et une adolescence provinciales à Metz, un père officier longtemps absent du fait de ses campagnes en Indochine et en Algérie, l'écho feutré des guerres coloniales, des études chez les jésuites : de cet univers confiné comme du cocon familial, le jeune Koltès cherchera tôt à s'évader, par ses lectures tout d'abord, par ses voyages ensuite, de plus en plus lointains (New  York, l'Afrique noire, l'Amérique latine...), dans le besoin renouvelé d'opérer en lui-même un décentrement dont on retrouvera le principe au cœur de sa dramaturgie. Sa vocation théâtrale lui vient à Strasbourg, en 1969, au spectacle d'une Médée, incarnée par Maria Casarès. Il écrit alors et met en scène un texte inspiré par Enfance de Gorki : les Amertumes (1970). Remarqué à cette occasion par Hubert Gignoux, il entre au T.N.S. de Strasbourg où il fait son apprentissage en écrivant plusieurs pièces pour des condisciples, tentatives qu'il reniera par la suite. Avec Sallinger (1977), pièce très librement inspirée par l'œuvre du romancier américain, Koltès commence à explorer ce qui fera le cœur de son théâtre : l'étouffement de la famillle, l'errance et la fuite, l'état de violence du monde.

De son propre aveu pourtant, il naît véritablement à l'écriture dramatique avec le monologue haletant qu'il créé à Avignon : la Nuit juste avant les forêt (1977). Tout son théâtre est déjà inscrit dans cette parole pressante et insatiablement désirante d'un personnage noctambule, hantant les marges. Vient ensuite, écho remarquable de ses voyages africains et de sa perception du monde post-colonial, Combat de nègre et de chiens (1979), créé d'abord en anglais à New York par Françoise Kourilsky, puis révélé en France par une mise en scène magistrale de Patrice Chéreau au Théâtre des Amandiers en 1983. Les destins artistiques du metteur en scène et du dramaturge se trouvent dès lors liés : Chéreau se consacre à la création des pièces suivantes (Quai Ouest, 1986 ; Dans la solitude des champs de coton, 1987 ; le Retour au désert, 1988), contribuant de manière déterminante à la notoriété du dramaturge.

Dans ses drames violents et tendus où s'inscrit de plus en plus lisiblement le principe du conflit originel de chacun contre tous, Koltès réinvente un espace théâtral fort, celui de la marge et des lieux troubles : un chantier aux fins fonds de l'Afrique ; les docks d'une ville portuaire, hantés par une humanité interlope, et où se fourvoient deux « civilisés » ; l'espace urbain de la rue, théâtre nocturne d'échanges illicites. Avec le Retour au désert, drame de famille provincial sur fond de guerre d'Algérie, il fait entrer la comédie dans son théâtre, et, inspiré par la lecture de Shakespeare dont il a traduit le Conte d'hiver, renouvelle ses conceptions dramaturgiques. Dans sa dernière pièce, Roberto Zucco (1989), fasciné par un fait divers réel et la figure d'un tueur en série, il interroge, à travers une série de séquences discontinues, quasi cinématographiques, le destin énigmatique, noir et solaire, de son personnage. Koltès meurt du sida le 15 avril 1989, et ne verra pas la création de sa pièce par Peter Stein à la Schaubühne de Berlin en 1990.