En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Konstantin Mikhaïlovitch Mickiewicz, dit Iakoub Kolas

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète biélorusse (Akintchitsy 1882 – Minsk 1956).

Fils d'un garde forestier, instituteur rural, il est incarcéré (1908-1911) pour ses activités politiques et évoque dans ses premiers vers (Pays natal, 1906 ; Chants de deuil, 1910), en une langue issue du patrimoine oral, la vie misérable et les aspirations du paysan. Tardivement rallié à la Révolution, il fait revivre dans des poèmes les injustices passées (Terre nouvelle, 1923 ; Symon le musicien, 1917-1925), relate dans une trilogie autobiographique l'itinéraire hésitant des intellectuels de sa génération (Au carrefour, 1923-1954) et les combats de la guerre civile (le Marécage, 1933). Célébrant la collectivisation (À travers la vie, 1926 ; le Renégat, 1931) et la lutte des Biélorusses occidentaux (la Cabane du pêcheur, 1947), il anime enfin la résistance des partisans (le Tribunal des bois, 1943 ; le Châtiment, 1945).