En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nikolaï Alekseïevitch Kliouev

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète russe (gouvern. d'Olonets 1887 – en Sibérie 1937).

Il ne fut pas seulement le « poète-paysan » des histoires de la littérature, mais une figure majeure de la poésie ; admiré des symbolistes, c'est lui qui révéla Essenine. Originaire d'un milieu rural, proche un moment des sectes, il chante dans son premier recueil (le Carillon des pins, 1911) l'univers paysan. Pour ce poète du paysage, la nature se confond avec la Providence. Après un recueil inspiré de son expérience mystique (Chansons fraternelles, 1912), il évoque dans Contes des forêts (1913) la Russie païenne, populaire, avec sa démesure et sa mélancolie. Il accueille la révolution comme la réalisation d'une forme de socialisme mystique, mais très vite percent des motifs tragiques (le Pain du lion, 1922) : le suicide d'Essenine, sur lequel il écrit une magnifique Lamentation (1926), et les persécutions le confortent dans son rejet. Son dernier recueil, qui reprend des poèmes anciens, l'Isba et le champ, sort en 1928. En 1933, il entreprend un cycle (Destruction) dans lequel il parle ouvertement de la famine et de l'extermination des koulaks ukrainiens. Déporté en 1934, il est fusillé en 1937.