En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Aleksis Kivi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain finlandais de langue finnoise (Nurmijärvi 1834 – Tuusula 1872).

Ce grand écrivain classique de la Finlande sombra dans la folie et connut une mort prématurée, due à la pauvreté, à la maladie et à l'incompréhension. Sa première œuvre dramatique, une tragédie inspirée du Kalevala (Kullervo, 1859), fut suivie d'une comédie en 5 actes, les Cordonniers de la lande (1864) : Esko, fils du cordonnier Topias, part pour se marier, mais arrive chez ses beaux-parents pour assister aux noces de sa fiancée avec un autre. Anti-héros comique, il incarne un type de Finnois têtu, obtus, mais bienveillant et brave. Le père veule, la mère autoritaire, le chantre d'église hypocrite et pédant sont devenus, eux aussi, des personnages populaires familiers aux Finlandais, qui utilisent leurs noms pour désigner des types de caractère. Le roman, les Sept Frères (1870), suscita l'hostilité du public. Sept jeunes hommes orphelins de père ne peuvent supporter la dureté de la société et s'enfuient dans la forêt pour y vivre en liberté. Après de nombreuses aventures relatées avec humour, ils reviennent parmi les hommes, mûris et assagis. Le livre illustre cette problématique typiquement finlandaise des rapports de l'individu avec la nature et la tradition. Le nom de Kivi a été donné à un prix littéraire fondé en 1936 et décerné chaque année le 10 octobre : cette distinction, la plus haute que puisse obtenir un écrivain finlandais, a couronné notamment Otto Manninen, F. E. Sillanpää, Maria Jotuni, Toivo Pekkanen, Väniö Linna, Arvo Turtiainen.