En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alexander Kielland

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain norvégien (Stavanger 1849 – Bergen 1906).

Il fut un disciple de Kierkegaard, mais, rationaliste, c'est chez Brandes et surtout Stuart Mill qu'il trouva le programme d'une société meilleure. Il chercha l'élégance de l'écriture à travers des écrivains français comme Flaubert, les Goncourt ou Daudet. Avec le petit roman Garman et Worse (1880), il compose le tableau des marchands et armateurs de sa ville natale, sous forme de portraits frappants et drôles. Les Travailleurs (1881) est le titre ironique d'une description de la nouvelle classe des bureaucrates. Avec le Capitaine Worse (1882), Kielland s'intéresse à deux familles qui vont former le centre d'une véritable « comédie humaine » qui aura pour cadre sa ville natale. Jacob (1891) brosse enfin le portrait caricatural de l'arriviste, après quoi Kielland se tut, alors qu'il n'a que 42 ans.