En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Valentine Petrovitch Kataïev

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain soviétique (Odessa, 1897 – Peredelkino 1986).

Fils d'instituteur, Kataïev se fait connaître avec les Dilapidateurs (1926), roman satirique, sur les mœurs des nouveaux riches pendant la période de la NEP, bien écrit, vivant, plein d'humour. Puis il se plie à la vogue des « romans de production » et publie Temps, en avant ! en 1932. Au loin, une voile (1936) s'inspire de son enfance à Odessa pour évoquer la geste révolutionnaire, à travers le regard de deux garçons. Le succès de ce récit plein de poésie et de fraîcheur incite Kataïev à lui donner une suite, beaucoup moins réussie. Son inspiration semble s'épuiser en des drames et des romans très convenus. Un retour sur son passé, dans le Puits sacré (1966), lui permet de se renouveler radicalement et de renouer avec la recherche formelle. Il poursuit dans la voie de l'écriture mémorialiste avec l'Herbe d'oubli (1967) ou  Ma couronne de diamant (1978).