En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Kajii Motojiro

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain japonais (Osaka 1901 – Izu 1932).

Il était encore en propédeutique à Kyoto, lorsqu'il fut atteint de la tuberculose qui l'emportera à 31 ans. Admirateur de Shiga Naoya et de Tanizaki Junnichiro, ainsi que d'auteurs européens comme Tolstoï, Dostoïevski et Nietzsche, il fonda, dès son entrée à l'Université de Tokyo, la revue Aozora (le Ciel bleu) avec ses camarades de Kyoto. Aussitôt, il y publia deux nouvelles importantes : le Citron et Dans une ville où se trouve un château, mais sans retentissement. Il laissa une vingtaine de nouvelles, nées de la lucidité claire et raffinée d'un visionnaire, dont Un paysage intérieur (1926) et Sous le cerisier (1928). Cependant, ce n'est qu'après sa mort qu'il fut reconnu, notamment par Kobayashi Hideo qui salua son talent exceptionnel.