En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jehiel Dinur, dit K. Tzetnick

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain israélien (Sosnowiec, Pologne, 1917).

Rescapé d'Auschwitz, il entreprend dans ses livres d'apporter son témoignage sur l'horreur des camps de concentration. Ses œuvres réalisent en quelque sorte une promesse faite aux victimes de perpétuer leur voix. C'est pourquoi l'auteur, qui ne se considère pas comme un écrivain au sens propre de ce terme mais se dit l'historien de la « planète » Auschwitz, se cache derrière cette signature « K. Tzetnick », terme par lequel les prisonniers du camp se désignaient entre eux (la Salamandre, 1947 ; Maison de filles, 1953 ; la Pendule qui est au-dessus de la tête, 1960 ; Il s'appelait Feifel, 1961 ; Comme de sable en cendres, 1967 ; Vengeance, 1982; Code : Edma, 1987).