En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Journal de Sarashina

(Sarashina nikki)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

œuvre autobiographique japonaise sous forme de notes journalières, composées par une femme connue comme « la fille de Sugawara no Takasue » (1008-? ). Née dans une famille vouée depuis des générations aux lettres, celle-ci est la nièce de l'auteur du Kagero nikki. Dans ses Mémoires, mis en forme sans doute à partir de 1059, cette représentante de la moyenne aristocratie a consigné les principaux événements de sa vie sur près de quarante années (1020-1059) : son retour à Heian (auj. Kyoto), la capitale impériale, après un séjour dans une lointaine province de l'Est où elle avait accompagné son père, et la découverte du Dit du Genji, qui alimentera ses rêves d'adolescente ; son existence à Heian – tracas de la vie domestique, service au palais, espoirs avortés d'ascension sociale – ; son mariage tardif et, pour finir, sa solitude après la mort de son époux. Cette œuvre émouvante constitue un précieux témoignage, à la fois sobre et vivant, sur la vie à la cour impériale au début du xie s.