En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jia Pingwa

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain chinois (né en 1952).

Originaire du Shaanxi, il observe dès l'enfance les mœurs d'une humanité rurale à laquelle il appartient par toutes ses racines. Depuis 1977, il fait de la peinture du milieu paysan son sujet de prédilection : superstition et sexualité tiennent une place de choix dans ses descriptions naturalistes (le Porteur de jeunes mariées, 1992). Cet attachement à la paysannerie lui vaut d'être inclus dans la littérature de « recherche des racines ». Mais il doit sa notoriété à la Capitale déchue (1993), qualifié par la critique chinoise de roman pornographique ; autocensurée, l'œuvre confère à la grande ville les dimensions mythiques d'une énorme puissance corruptrice. Dans les années 1990, l'auteur choisit pour thème majeur les rapports ville-campagne : la première, séductrice diabolique, pourrit inéluctablement la seconde (le Village englouti, 1996), image d'un avenir où la Chine bascule de la ruralité dans la citadinité.