En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jens Peter Jacobsen

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain danois (Thisted 1847 – id. 1885).

Partagé entre son goût pour la littérature et la botanique, il écrit en même temps des vers et traduit De l'origine des espèces de Darwin. Collaborateur scientifique de Nyt dansk Maanedsskrift (Nouvelle Revue danoise), où écrit également Brandes, il y publie une nouvelle, Mogens (1872), qui est une des premières œuvres naturalistes danoises, et où se dessinent déjà deux de ses thèmes principaux, le déterminisme et l'athéisme. Il se concentre enfin sur son œuvre littéraire : Madame Marie Grubbe, intérieurs du xviie siècle (1876), roman historique pour lequel il s'est minutieusement documenté, en particulier sur le plan du langage, où il a analysé l'influence de l'hérédité et du milieu. Niels Lyhne (1880) transcrit le conflit entre la réalité et le rêve ; le personnage de Niels, dont le besoin d'amour cherche satisfaction dans le culte maternel, l'idylle platonique ou la passion voluptueuse, se heurte à une déception constante, il accepte finalement cette vie solitaire que ne compense aucun espoir d'immortalité. Ce texte a été salué par Rainer Maria Rilke dans Lettres à un jeune poète. La profonde mélancolie qui imprègne ce roman a des racines dans un romantisme jamais entièrement renié (la Peste à Bergame, 1881 ; Madame Føms, 1882). Ses Chants de guerre ont été mis en musique par A. Schönberg (Gurrelieder, 1900-1911). Son œuvre poétique n'a été connue qu'après sa mort (Poésies, 1886).