En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jabra Ibrahim Jabra

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain et peintre palestinien (Bethléem 1919 – Bagdad 1994).

Professeur de littérature anglaise à Jérusalem, puis à l'université de Bagdad, il est l'un des fondateurs de la Société d'art moderne d'Iraq. Il a publié des études critiques sur les littératures européennes (la Liberté et le Déluge, 1960), des romans (Un cri dans la longue nuit, 1946 ; Chasseurs dans une rue étroite, 1960 ; le Navire, 1970 ; À la recherche de Walid Masud, 1978 ; Un monde sans cartes, 1982, écrit en collaboration avec Abd al-Rahmân Munîf ; la Quarantième Pièce, 1986 ; le Journal de Sarâb 'Affân, 1992), des nouvelles (Sueurs, 1956), des poésies (Juillet/Tammûz en ville, 1959 ; le Cercle fermé, 1964 ; l'Ardeur du soleil, 1979), une autobiographie (le Premier Puits, 1987 ; Châri' al-amîrât, 1994) ainsi que plusieurs traductions de l'anglais (Hamlet, 1960), langue dans laquelle il a écrit aussi directement. Quête de la vérité et de la liberté, révolte – intérieure et existentielle renouant avec les grands mythes, ou collective par l'engagement et la lutte armée – sont des thèmes majeurs d'une œuvre campée entre une Palestine perdue, Bagdad, Beyrouth, les camps de fedayines ou des cités imaginaires.