En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Vsievolod Viatcheslavovitch Ivanov

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain russe (Lebiajie 1895 – Moscou 1963).

Né en Sibérie, qu'il a parcourue en tous sens, il est remarqué par Gorki, qui publie ses premiers récits, les Partisans (1921), Train blindé 14/69 (1922), consacrés à la guerre civile en Sibérie – à laquelle il a pris part et qu'il évoque sans en dissimuler les atrocités, dans un style haut en couleur. Après son Retour de Boudha (1923), récit d'un voyage en Mongolie au cours duquel un vieux professeur de Petrograd connaît une seconde naissance, Ivanov écrit des récits où il sonde la face sombre des mœurs de province et de l'âme rurale (le Secret suprême, 1927 ; la Villa, 1928). Il entreprend un roman, le Kremlin (1930), qu'il préfère ne pas publier car il contient des critiques trop claires du régime soviétique. De même, Ou, roman à l'écriture baroque, est publié à l'étranger (1935). En U.R.S.S., outre des romans « officiels », il publie des récits autobiographiques (les Aventures d'un fakir, 1934-1935 ; Nous allons en Inde, 1957) qui déplaisent : l'écriture, ludique et échevelée, prend ses distances avec le traditionnel récit d'éducation. Ses récits « fantastiques », écrits dans les années 1940, ne paraissent qu'après sa mort : la Lampe de cuivre (1963), Sisyphe, fils d'Éole (1964) attestent un sens de l'imaginaire parfois subversif ; le Sanctuaire d'Édesse (1964-1965) développe le thème de l'artiste et du pouvoir, qui resurgit aussi dans un roman resté longtemps inédit (le Volcan, 1966).