En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Aldous Huxley

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain anglais (Godalming, Surrey, 1894 – Hollywood 1963).

Pratiquement aveugle, il doit interrompre ses études de médecine. L'imagisme le tente (la Défaite de la jeunesse, 1918 ; Leda, 1920), mais ses poèmes souffrent de transparence. Ses premiers romans, Jaune de Crome (1921), Contrepoint (1928), Musique nocturne (1931), dépeignent une intelligentsia britannique troublée par le premier conflit mondial. Dans le Meilleur des mondes (1932), dont l'action se situe en l'an 2500, un État dont la devise est « Communauté, Identité, Stabilité » assure la reproduction sélective de ses citoyens dans des éprouvettes. Les valeurs et les désirs sont remplacés par des pilules, les sentiments sont indécents et seuls les derniers « sauvages » ont lu Shakespeare. Cette contre-utopie brillante et prophétique, signale, derrière la montée de la barbarie, le danger d'une civilisation technicienne parfaitement huilée dont le pouvoir sera psychobiologique. À la Seconde Guerre mondiale Huxley répond par une étude sur le pouvoir (l'Éminence grise, 1941) et sur la possession (les Diables de Loudun, 1952). Il plonge ensuite dans le tourbillon dont naîtra la sous-culture hippie (Île, 1962 ; The Politics of Ecology, 1963 ; Moksha, 1976).