En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sigurd Hoel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain norvégien (Nord-Odal 1890 – Oslo 1960).

Rédacteur de la revue Mot Dag, il s'imposa comme romancier avec Pécheurs au soleil d'été (1927), portrait humoristique d'un groupe de jeunes gens modernes, moins libérés des préjugés qu'ils ne le pensent. Dans Un jour d'octobre (1931), il développe une psychologie subtile et un art du récit qui deviendront caractéristiques de son œuvre. Quinze Jours avant les nuits de gel (1935) se conçoit comme un retour en arrière, un examen de conscience pour expliquer la faillite d'une vie. Dans son roman le plus célèbre, Rencontre près de la borne (1947), il se livre à une réflexion sur la guerre et la collaboration : « Qu'avons-nous fait, nous qui sommes apparemment sans tache, pour que ces autres aient été atteints d'un désespoir tel qu'ils soient devenus des nazis ? » L'Acier de nos pères (1941), écrit pendant la guerre alors que Hoel était réfugié en Suède, revient sur la question de la faute, de la trahison au sein d'une société. Hoel a été un des personnages les plus influents de la vie littéraire norvégienne : il a fait connaître à toute la Scandinavie la littérature la plus moderne, et notamment Hemingway, Kafka, encore méconnus.