En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Paul Hervieu

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Neuilly-sur-Seine 1857 – Paris 1915).

Il dénonça les vices mondains dans des romans destinés aux gens du monde (Diogène le chien, 1882 ; la Bêtise parisienne, 1884 ; Peints par eux-mêmes, 1893 ; l'Armature, 1895) et dans des pièces à thèse (Les paroles restent, 1892 ; les Tenailles, 1895) dont le succès lui fit ambitionner le titre de « tragique moderne » (l'Énigme, 1901 ; Bagatelles, 1912). Il écrivit pour Sarah Bernhardt un drame historique qui fut un des plus grands succès de la comédienne (Théroigne de Méricourt, 1902).