En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Antoine Heroët

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Paris v. 1492 – id. 1568).

Pensionné par Marguerite de Navarre (dont le rapprochaient ses idées philosophiques), évêque de Digne en 1552, il apparaît, parmi les poètes français du xvie s., comme l'un des premiers et des plus purs représentants de la métaphysique néoplatonicienne de l'amour. De l'ensemble de son œuvre – qui compte, outre quelques poésies de circonstance, un Blason de l'œil, diverses pièces de forme courte et deux plus longs poèmes d'amour (Complainte d'une dame surprise nouvellement d'amour, Douleur et Volupté) – émergent deux pièces maîtresses, l'Androgyne de Platon (publié en 1542, mais achevé dès 1536), exposé de l'origine de l'amour d'après le mythe platonicien du Banquet, et, surtout, la Parfaicte Amye (1542), défense du « parfait amour » contre une conception cynique du sentiment amoureux : c'est là l'événement majeur de la querelle philosophico-littéraire des années 1540-1545 connue sous le nom de « querelle des Amies ».