En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Willem Frederik Hermans

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain hollandais (Amsterdam 1921-Utrecht 1995).

Sa vision cruelle du monde et sa violence polémiste ont souvent trouvé un terrain privilégié dans le microcosme universitaire auquel il appartient en tant que professeur de géophysique à Groningue (Mandarines au vitriol 1963-1983 ; Entre professeurs, 1975). Sa réflexion sur le langage (nourrie à la fois de l'analyse de Wittgenstein et des techniques surréalistes) et sur la violence (l'Univers sadique, 1964-1970) sous-tend un parti pris nihiliste qui fait de la littérature un règlement de comptes et qui, plus que les recherches poétiques (Horror coeli, 1946 ; Hypnodrome, 1947), nourrit les insolences calculées de romans et de nouvelles qui créèrent le scandale et une manière neuve d'envisager l'écriture (Défenses, 1947 ; les Larmes de l'acacia, 1949 ; la Chambre noire de Damoclès, 1958 ; D'innombrables millions, 1981 ; la Chevalière, 1984). Paris, où il vit depuis 1973, est le cadre de son roman Au pair (1989).