En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Louis-Paul Nemo, dit Roparz Hemon

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français d'expression bretonne (Brest 1900-Dublin 1978).

Il n'était pas bretonnant de naissance, mais il subit profondément l'influence de son grand-père maternel, Bielig Foricher, qui vouait au breton un amour passionné. Professeur d'anglais à Brest (1924), il commença à écrire dans le journal Breiz Atao. En 1925, il fonda la revue Gwalarn (Nord-Ouest), qui allait être à l'origine d'un puissant renouveau littéraire. Il s'imposa comme le plus grand grammairien depuis Le Gonidec, mena à bien, à lui seul, la rédaction d'un monumental dictionnaire historique de la langue bretonne (Geriadur istorel ar Brezhoneg), et prit la tête du mouvement pour l'orthographe unifiée de 1941 (à laquelle il s'était d'abord opposé). Son œuvre littéraire n'est pas moindre que son activité de linguiste. On lui doit des romans (An Aotrou Bimbochete Breizh [Monsieur Bimbochet en Bretagne], 1925 ; Alanig an tri roue [Alain des trois rois], 1950 ; Mari Vorgan [la Sirène], 1962), des nouvelles (War ribl an hent [Sur le bord de la route], 1971) et de courtes pièces de théâtre. Ses poèmes, parus dans Gwalarn et dans Al Liamm, ont été rassemblés dans le recueil Barzhonegoù (1943-1967). Condamné en 1944 pour ses activités « séparatistes », il émigra en Irlande où il fut professeur à l'Institute for Advanced Studies de Dublin. Il est resté jusqu'à sa mort le chef de la plus importante école littéraire de langue bretonne.