En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Daniël Heinsius

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Humaniste hollandais (Gand 1580 – Leyde 1655).

Bibliothécaire de l'université de Leyde, historiographe du roi Gustave-Adolphe de Suède et secrétaire du synode national de Dordrecht (1618), il traduisit la Poétique d'Aristote, édita Sénèque et médita sur les rapports de la philosophie et de l'éloquence avec le pouvoir (De politica sapientia, 1624) à travers la comparaison d'Aristote et de Machiavel. Théoricien de la tragédie (De tragoediae constitutione, 1616), qu'il illustra avec ses pièces latines, notamment Herodes infanticida (1632) dont le mélange de profane et de sacré suscita une querelle littéraire et les critiques de Guez de Balzac, puis de Saumaise, il a laissé aussi des vers latins (Elegiae et Silvae, 1603) et des Poèmes néerlandais (1616) marqués par sa foi calviniste et sa passion de la liberté.