En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Seamus Heaney

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète irlandais (Castledawson, comté de Derry, 1939-Dublin 2013).

Il publie en 1966 son premier recueil, Mort d'un naturaliste, où la description des activités rurales révèle une profonde affection pour le monde paysan. Influencé par Ted Hughes et pour Patrick Kavanagh, il cherche à dégager le noyau d'authenticité nationale et individuelle pris dans la bogue de la civilisation. Catholique, il s'inquiète de l'évolution de l'Irlande du Nord dans les années 1970 : Hivernage (1972) revient sur des siècles de dépossession linguistique et territoriale. L'image de la tourbière, d'où le passé ressort miraculeusement préservé, l'inspire notamment pour Nord (1975), le plus ouvertement politique de ses recueils. Travail sur le terrain (1979) marque un retour à une humeur plus élégiaque. Ses recueils plus récents se situent sur un plan plus allégorique, où Homère et Dante se mêlent aux souvenirs d'enfance (Station Island, 1984). Il évoque la mort de ses parents dans la Lanterne (1987) et Voir les choses (1991). Sous le titre de Sweeney Astray (1984), il a traduit le poème médiéval Buile Suibhne, qui évoque le roi Sweeney transformé en oiseau et condamné à voler, sans jamais se poser, au-dessus de l'Irlande. Plus récemment, il s'est aussi attaqué à Beowulf (1998). Il a reçu le prix Nobel de littérature 1995.