En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hawar

(l'Appel)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Revue culturelle kurde, éditée à Damas, entre 1932 et 1943, en kurde et en français.

Les premières tentatives de développement de la culture kurde ont commencé à la fin du xixe siècle à Istanbul et au Caire. Interrompues par la Première Guerre mondiale, elles furent reprises, d'une part, dans la jeune République socialiste soviétique d'Arménie en accord avec la politique culturelle de l'U.R.S.S. et, d'autre part, en Iraq dans le cadre limité du régime linguistique privilégié accordé aux régions kurdes. En Syrie, sous mandat français, le mouvement culturel kurde prit une importance réelle au début des années 1930. Les initiateurs en furent les petits-fils de Bedir Khan Pacha Azizan, les émirs Celadet (1893-1951) et Kamuran (1895-1978), entourés non seulement de nombreux lettrés kurdes de Syrie, d'Iraq, de Transjordanie auxquels s'étaient associés des chefs de tribus, mais aussi d'orientalistes français tels que Roger Lescot et Pierre Rondot. Ils se regroupèrent autour de la revue Hawar dont la première tâche fut de répandre un alphabet kurde en caractères latins, plus adapté au génie de la langue que l'alphabet arabo-persan utilisé jusqu'alors. Hawar a été l'amorce de l'unification des dialectes kurdes septentrionaux et a contribué à la renaissance de la littérature populaire.