En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hannya Yutaka, dit Haniya Yutaka

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain japonais (Taiwan 1909 – Tokyo 1997).

Après une enfance passée dans la colonie de Taiwan, il vint, adolescent, à Tokyo en 1923 et se passionne pour le cinéma et la lecture d'auteurs russes : Gontcharov, Lermontov et en particulier Dostoïevski, qui deviendra pour lui la référence décisive. Il quitte sa propédeutique après s'être adonné au théâtre et aux activités politiques. Devenu membre du parti communiste en 1931, il est incarcéré l'année suivante et fait une lecture décisive de la Critique de la raison pure de Kant, qui orientera, avec Dostoïevski, sa pensée et sa littérature. En 1939, il publie ses premiers écrits : le recueil d'aphorismes, Credo quia absurdum. Immédiatement après la guerre, il participe à la création de la revue Kindaibungaku (la littérature moderne), où il publie les premiers chapitres de son immense roman : Âmes mortes, « événements de cinq jours » qui s'ouvrent sur une perspective apocalyptique. Interrompu par la maladie en 1950, ce roman, devenu légendaire, sera repris en 1975 (chapitre V) et restera inachevé à sa mort, survenue à l'âge de 87 ans (chapitre IX). Ses essais politiques antistaliniens furent accueillis avec enthousiasme par la génération contestataire des années 1960. Retenons aussi Un cheval noir dans les ténèbres (recueil de nouvelles, 1970).