En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Antoine, comte de Hamilton

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain irlandais d'expression française (Roscrea, comté de Tipperary, 1646 – Saint-Germain-en-Laye 1720).

Issu de la noblesse d'Écosse, il passa sa jeunesse en France avant de retourner en Angleterre lors du rétablissement des Stuarts. Il fréquenta la cour de Charles II puis de Jacques II et suivit celui-ci dans son exil : il fut alors un hôte assidu de la duchesse du Maine à la cour de Sceaux. Dans les Mémoires de la vie du comte de Gramont, contenant particulièrement l'histoire amoureuse de la cour d'Angleterre sous le règne de Charles II (1713), il relate les aventures de son propre beau-frère et fait la chronique de la noblesse de son époque à la manière de Bussy-Rabutin. Récit de style picaresque dans un milieu aristocratique, l'ouvrage inaugure un dispositif fictionnel original et promis à un grand avenir : il mêle, en effet, dans une « stratégie » unique, biographie, autobiographie et roman. Les contes de fées critiques et parodiques qu'il rédige vers 1705 (Histoire de Fleur d'Épine, le Bélier, les Quatre Facardins) sont publiés en 1730 et amorcent la vogue du conte licencieux lancée par Crébillon.