En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

François Habert

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Issoudun v. 1508 – v. 1562).

Son œuvre est religieuse (Épîtres héroïdes, 1550 ; l'Institution de libéralité chrétienne, 1551), philosophico-morale (le Philosophe parfaict, 1542 ; le Temple de Vertu, 1542 ; le Temple de Chasteté, 1547), mythologique (Métamorphoses de Cupido, 1561), circonstancielle (la Nouvelle Junon, la Nouvelle Pallas, la Nouvelle Vénus), didactique (un recueil de fables, perdu). Ses formes poétiques (épigrammes, rondeaux, ballades) le rattachent à l'école de Marot, mais son inspiration philosophique le situe chez les néoplatoniciens, apôtres du pur amour.