En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joseph von Görres

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Publiciste et écrivain allemand (Coblence 1776 – Munich 1848).

Il a fait partie, avec Brentano, Arnim et les frères Grimm notamment, du groupe des « romantiques de Heidelberg ». Hostile à tout rationalisme, il ne croit pas au progrès de l'humanité et prêche le retour aux intuitions collectives, l'exaltation de l'âme populaire et le nationalisme allemand. Les sources de ce renouveau, qui se traduit par des positions politiques réactionnaires, sont à chercher dans les mythologies orientales (l'Histoire des mythes du monde asiatique, 1810) et dans le Moyen Âge allemand (Livres populaires allemands, 1807). Görres participe également à la publication, par Arnim et Brentano, du Cor enchanté de l'enfant et du Journal pour ermites, qui se fixe pour objectif de faire revivre le passé national. Dans le Mercure rhénan (1814-1816), il appela à la révolte contre Napoléon, alors que dans un premier temps il avait accueilli avec enthousiasme la Révolution française. Sur la fin de sa vie, il se fera le chantre du catholicisme mystique (la Mystique chrétienne, 1836-1842) et l'apôtre d'un monisme théocentrique et réaliste.