En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thomson William, dit Thom Gunn

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète anglais (Gravesend, Kent, 1929 – San Fransisco 2004).

Très marqué par le divorce, puis le suicide de sa mère alors qu'il n'a que 15 ans, il exprime dans ses premiers poèmes, d'une forme vigoureusement classique, un individualisme brutal, avant d'évoluer peu à peu vers une plus grande sympathie pour l'espèce humaine. Son premier recueil (Combat, 1954) lui vaut d'être associé aux anti-modernistes du « Mouvement », Larkin ou K. Amis. Installé aux États-Unis à partir de 1954, il découvre Wallace Stevens et William Carlos Williams, dont on sent l'influence dans Mes tristes capitaines (1961). Il aborde le vers livre dans Toucher (1967). Son expérience de la drogue se reflète dans le Château de Jack Straw (1976). Homosexuel, Gunn vante les amitiés viriles dans Instants de joie (1982) et dit son inquiétude face aux ravages du sida dans l'Homme aux suées nocturnes (1992). Il est l'auteur d'essais sur la poésie anglaise (Occasions poétiques, 1982).