En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Andreas Greif, dit Andreas Gryphius

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain allemand (Glogau 1616 – id. 1664).

Poète, il exprime la vanité du monde et une foi protestante inébranlable dans Pensées au cimetière (1657). Ses comédies vont de la satire (Absurda Comica, 1657) au burlesque (Horribilicribrifax, 1663). Ses tragédies, inspirées de Van den Vondel et du théâtre jésuite, empruntent leurs sujets à l'histoire (Leo Armenius, 1650) ou à l'actualité (la Majesté assassinée ou Carolus Stuardus, 1649) et joignent à une philosophie stoïque l'acceptation chrétienne du martyr (Catherine de Georgie, 1651). Avec Cardenio et Célinde (1657), il a traité, pour la première fois, un sujet bourgeois, dans le grand style baroque.