En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Gripari

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Paris 1925 – id. 1990).

Outre l'autobiographique Pierrot la lune (1963), il présente dans ses poèmes (le Solilesse, 1977), son théâtre (Lieutenant Tenant, 1962 ; Café-théâtre, 1979 ; Pièces mystiques, 1982), ses romans (Vies parallèles de Roman Branchu, 1978 ; le Conte de Paris, 1980), ses contes (Contes de la rue Broca, 1967 ; Patrouille du conte, 1983) et ses nouvelles (l'Incroyable Équipée de Phosphore Noloc, 1964 ; Rêveries d'un matin en exil, 1976 ; Paraboles et Fariboles, 1981) un fantastique allégorique qui s'apparente à la manière caustique d'un Italo Calvino. Les images facétieuses et surnaturelles de l'Arrière-monde (1972) montrent que l'univers terrestre n'est que la surface d'un monde qui n'est pas régi par la raison.