En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Roger Grenier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Caen 1919).

Ses romans sont à la fois des tableaux contemporains et une réflexion sur la vanité de l'aventure individuelle ou historique (les Monstres, 1953 ; les Embuscades, 1958 ; le Palais d'hiver, 1965 ; la Salle de rédaction, 1977). À cet effilochement du destin répond le resserrement d'une écriture qui évoque, à travers des drames modestes mais exemplaires (le Silence, 1961 ; Une maison place des Fêtes, 1972 ; le Miroir des eaux, 1975 ; la Follia, 1980 ; la Fiancée de Fragonard, 1982 ; les Larmes d'Ulysse, 1998 ; le Veilleur, 2000), la magie perdue de l'enfance (Ciné-roman, 1972 ; Un air de famille, 1979). On lui doit également un essai, Albert Camus, soleil et ombre (1987), et une biographie, Pascal Pia ou la tentation du néant (1989).