En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jorie Graham

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poétesse américaine (New York 1951).

Après des études à la Sorbonne et aux États-Unis (New York, Iowa), elle produit une série de recueils, tous axés sur le rapport au monde comme texte déserté, en cours de composition, par son auteur : Hybrides de plantes et de fantômes (1980), Érosion (1983), la Fin de la beauté (1987), Région d'improbabilité (1991), Matérialisme (1993), Rêve de champ unifié : Poèmes 1974-1994 (1995). Ce monde est presque lisible, dans un geste d'explication et d'interprétation associative, mais la concrétude du langage opacifie le jeu de la perception. L'influence de Wallace Stevens, mais aussi de la peinture italienne, contribue à la genèse d'une poétique de la culture organique.