En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Christoph Gottsched

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain allemand (Judittenkirchen, Prusse-Orientale, 1700 - Leipzig 1766).

Après avoir étudié à Königsberg et à Leipzig, il enseigna de longues années à l'université de cette ville. Le rationalisme de Wolff et l'Art poétique de Boileau sont à la base de son Art poétique critique à l'usage des Allemands (1730), où, pour élever la littérature allemande au niveau des lettres françaises, il prône un style clair et ordonné, l'observation du bon goût, de la vraisemblance et de la règle des trois unités. Il proscrit, en revanche, les arlequinades des troupes ambulantes et l'emploi du merveilleux. Pour illustrer ses idées, il fit jouer en 1731 son Caton mourant, première tragédie régulière en alexandrins rimés en langue allemande. Gottsched publia également une Grammaire (1748), où il propose le saxon comme langue allemande commune et s'efforce de donner à cette langue un fondement théorique clair. Après avoir dominé la vie littéraire allemande de 1730 à 1740, il fut vivement attaqué par la génération montante pour la rigidité de son dogmatisme.