En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gottfried de Strasbourg

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète allemand (fin du xiiie s.).

Sa vie est mal connue. Ses disciples lui donnent le titre de « Maître » en référence à une culture exceptionnelle pour l'époque (théologie, littérature antique, roman courtois français). Il mourut sans achever sa seule œuvre conservée, Tristan (19 548 vers), vers 1210. Il s'interdit, comme tous les adaptateurs de l'époque, de remanier son modèle (le récit de Thomas de Bretagne), mais s'écarte sensiblement du Minnesang. Se référant sans réserve à l'idéal courtois, aux vertus chevaleresques et à l'amour de Dieu, il montre aussi comment l'amour bouleverse ce système de valeurs et s'avère plus fort que les conventions humaines, plus fort même que la loi divine. Certains ont cru voir dans cette contradiction la raison pour laquelle Gottfried n'a pu achever son poème, d'autres ont mis en doute l'orthodoxie de sa foi chrétienne. Quoi qu'il en soit, ce très beau poème, écrit dans une langue dont la pureté n'a d'égale que la musicalité, est un chef-d'œuvre de la littérature du Moyen Âge.