En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nadine Gordimer

Nadine Gordimer
Nadine Gordimer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière sud-africaine de langue anglaise (Springs 1923-Johannesburg 2014).

Ses premières œuvres décrivent la vie de la communauté israélite d'Afrique du Sud et ses rapports avec la population noire et blanche d'expression anglaise et afrikaans (les Jours menteurs, 1953 ; Un monde d'étrangers, 1958). Elle se montre sensible aux problèmes de l'apartheid et aux conséquences qui en découlent dans la relation amoureuse entre membres de communautés partagées par la ségrégation (Occasions d'aimer, 1963 ; Ne pas publier, 1965 ; le Dernier Monde bourgeois, 1966 ; Un invité d'honneur, 1971 ; le Conservateur, 1974 ; la Fille de Burger, 1979 ; Ceux de July, 1981 ; Something out there, 1984 ; Un caprice de la nature, 1987 ; Histoire de mon fils, 1990). On lui doit également des nouvelles (les Compagnons de Livingstone, 1971 ; Une accolade de soldat, 1980) et des essais (South African Writing to-Day, 1967 ; Interprètes noirs, 1973). Elle reçoit le prix Nobel de littérature en 1991. Elle continue d'écrire des romans : Personne pour m'accompagner (1994), l'Arme de la maison (1998), et de nombreux essais sur la condition de l'écrivain dans un monde où le livre semble menacé.