En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Abd al-Karim Ghallab

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancier marocain de langue arabe (Fès 1919 – ? 2006).

Il reçut une éducation traditionnelle jusqu'à la Qarawiyyîn – mosquée-université religieuse de Fès –, puis il étudia la littérature au Caire (1937-1949). Militant politique du parti de l'Istiqlâl, il connut la prison. Après l'indépendance, il fut ministre à deux reprises (1956-1959 et 1981-1985), mais se consacra essentiellement à l'écriture. Résistance aux Français, questions sociales et d'éducation après l'indépendance sont les thèmes majeurs d'une œuvre aux accents nostalgiques, comprenant des nouvelles (Il est mort serein, 1965 ; La terre est mon aimée, 1971 ; Il la sortit du paradis, 1977) et des romans (Sept Portes, 1965 ; Nous avons enterré le passé, 1966 ; La barque est revenue à la source, 1985).