En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Gassend, dit Gassendi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Astronome, physicien, philosophe et écrivain français (Champtercier, près de Digne, 1592 – Paris 1655).

Protégé dès sa jeunesse par Peiresc, Gassendi, chanoine de Digne, y enseigne la philosophie ainsi qu'à Aix. En 1645, à Paris, il fréquente le cercle des frères Dupuy et obtient la chaire de mathématiques du Collège royal (1645-1648). Condamnant l'aristotélisme abâtardi de l'Université (Exercitationes paradoxicae adversus Aristoteleos, 1624), il s'élève également contre l'idéalisme provisoire de Descartes (Disquisitio metaphysica, 1644) et, reprenant la théorie atomiste de l'Antiquité, il lui oppose une sorte d'épicurisme chrétien et de sensualisme atomiste (Philosophiae Epicuri syntagma, 1649). Il fréquente le groupe libertin de la Tétrade (Diodati, La Mothe Le Vayer, Naudé) et les salons de son temps. La Fontaine, Saint-Évremond lui emprunteront certains aspects de son épicurisme, mais on peut dire, plus largement, que cette somme latine d'érudition philosophique influença de manière décisive et diverse la littérature du xviie siècle, au point qu'on parle désormais, comme le montrent les études les plus récentes, d'un gassendisme épicurien. Cet héritage exerça un rôle nodal, même s'il fut diffus et complexe, dans l'histoire des idées et de l'esthétique du xviie et du xviiie siècle.