En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Elizabeth Cleghorn Stevenson, Mrs Gaskell

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière anglaise (Chelsea 1810 – Holyburn, Hampshire, 1865).

Fille et femme de pasteurs unitariens, elle découvrit à Manchester la misère ouvrière : Mary Barton (1848) est un plaidoyer pour la réconciliation des classes grâce à l'influence humanisante des femmes, mais aussi une des premières évocations de la révolte dans le monde ouvrier, qui valut à l'auteur les foudres du patronat anglais mais l'amitié de Dickens. Celui-ci l'embaucha dans son journal Household Words, où elle publia Cranford (1853), chronique villageoise qui connut un immense succès, puis Nord et Sud (1855), où l'Angleterre traditionnelle rencontre la modernité des régions industrialisées à travers l'idylle qui se noue entre une fille de pasteur et un jeune industriel. La même hantise de tout ce qui sépare (le Nord du Sud, les riches des pauvres, la ville de la campagne, les vieux des jeunes, les femmes entre elles) se retrouve dans Ruth (1853), histoire moralisatrice d'une fille-mère et plaidoyer pour l'égalité sexuelle. Épouses et Filles, qu'elle laisse de peu inachevé à sa mort, était son projet le plus ambitieux, comparable en complexité aux plus foisonnants romans victoriens. Outre de nombreuses nouvelles (Cousine Phyllis), on doit aussi à Gaskell une biographie de Charlotte Brontë (1857).