En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Antoine Furetière

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Paris 1619 – id. 1688).

Issu de la petite bourgeoisie, il fut d'abord avocat, puis procureur fiscal, pour entrer enfin dans les ordres. Il se fit connaître par des Poésies diverses (1655) et le Voyage de Mercure (1659). L'aspect parodique de ces œuvres se retrouve dans le Roman bourgeois (1666), où il prend à contre-pied le roman galant et précieux, qu'il traite sur le mode burlesque, comme le suggère déjà le titre. Réagissant contre les abus du « romanesque », Furetière ouvre la voie d'un nouveau roman. Il met en scène des personnages, des métiers et des quartiers de Paris ignorés des romans à la mode. Le second livre, transformé en roman à clé, constitue une satire amusante de la société galante. Réaliste (notamment dans sa « transcription » de conversations quotidiennes), touchant à la satire, l'œuvre s'inscrit dans le courant du « roman comique » par son parti pris parodique et par son décousu. Ami de Racine, de Molière et de La Fontaine, Furetière, élu à l'Académie française en 1662, en fut exclu peu après. Il décida alors de rédiger son propre dictionnaire (Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes et les termes des sciences et des arts), qui parut en Hollande (1690), avec une préface de Bayle. Ce dictionnaire, concurrent de celui de l'Académie, est riche d'expressions proverbiales et de termes scientifiques, puisqu'il privilégie dans sa démarche l'exhaustivité contre une sélection faite au nom du bon goût.