En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Athol Fugard

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Dramaturge sud africain de langue anglaise (Middleburg 1932).

Né dans la province du Cap-Est, au bord du grand désert central de l'Afrique du Sud, le Karoo, Athol Fugard a commencé par mener une vie aventureuse avant de s'imposer sur la scène. Marin, employé au tribunal indigène, écrivain de radio, comédien, il devient célèbre avec Liens du sang (1963), pièce qui décrit les liens unissant deux frères, séparés par les classifications absurdes de l'apartheid. Sa langue de théâtre est un anglais pénétré d'afrikaans ; il explore le monde des métis et des communautés mixtes qui peuplent les provinces autour du Cap (Boesman et Lena, 1969). Les pauvres, les clochards beckettiens sont ses héros dans un monde où la discrimination ajoute encore à leur exclusion. Fugard est resté en Afrique du Sud, continuant à travailler dans des ateliers dramatiques, avec des comédiens noirs, mais il est interdit de représentation, sauf au Market Theatre de Johannesburg peu avant la fin de l'apartheid (Maître Harold et les garçons, 1983). Installé à New Bethesda, à l'orée du Karoo, il a donné ses pièces les plus fortes, la Route de la Mecque (1994) et Leçon pour un aloès (1978). Il a écrit un roman Tsotsi (1980), un volume de souvenirs, des essais sur sa pratique de metteur en scène et de comédien.