En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Robert Lee Frost

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète américain (San Francisco 1874 – Boston 1963).

Issu d'une famille yankee, établi dans le New Hampshire, il a donné une œuvre à part, attachée à l'expression de la vie rurale et à ses symboles. Il devint ainsi poète lauréat, écrivant un poème pour l'inauguration de la présidence Kennedy. Son intention esthétique première est d'introduire en poésie les lenteurs du parler quotidien. Mêlant réalisme et lyrisme, didactisme et simplicité gnomique, son œuvre suggère l'élévation spirituelle et le lien de l'homme et de la nature. Elle dessine un royaume solitaire, où la succession des phénomènes naturels confirme la nécessité de la self-reliance. De Volonté d'un petit garçon (1913) à Dans la clairière (1962) s'impose l'image d'une sérénité lucide, attachée au silence de l'homme, à des notations dramatiques, à une équanimité émersonienne (New Hampshire, 1923). L'évocation d'un monde où Dieu cesse de se manifester (le Ruisseau à l'ouest, 1928) conduit à une méditation sur la providence (À plus longue portée, 1936 ; Un arbre témoin, 1942 ; Un masque de raison, 1945 ; Un masque de pitié, 1947). Le poète et l'homme privé se confondent dans la recherche d'un individualisme inséparable de la perception de l'ordre quotidien. L'expérience littéraire doit conduire du plaisir esthétique à la sagesse, contre la perplexité et le chaos.