En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

saint François de Sales

Saint François de Sales
Saint François de Sales

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Évêque, théologien et écrivain savoyard d'expression française (château de Sales, près de Thorens, Savoie, 1567 – Lyon 1622).

Marqué par son enfance champêtre et la piété franciscaine de sa famille, il fait au collège des jésuites de Paris et à l'université de Padoue des études d'humaniste et de juriste, au cours desquelles il est terrifié par l'idée de la prédestination et tenté par les idées protestantes. Avocat au sénat de Chambéry, il se reconnaît une vocation religieuse : prêtre en 1593, il se consacre à la reconquête catholique du Chablais calviniste et prend part à plusieurs controverses avec Théodore de Bèze. Coadjuteur du prince-évêque de Genève, chargé de mission auprès du roi de France, il fréquente la Cour et les milieux dévots de Paris (Bérulle, Marillac, Mme Acarie). Évêque de Genève (1602) avec résidence à Annecy, il entreprend des tournées de prédication et devient le directeur de conscience des femmes du monde (les Vrais Entretiens spirituels, 1629) : c'est ainsi qu'il place, en 1610, la baronne Jeanne de Chantal, grand-mère de Mme de Sévigné, à la tête de l'ordre nouveau de la Visitation. Canonisé en 1665, il est proclamé par Pie IX docteur de l'Église. François de Sales n'est devenu écrivain que pour remplir sa tâche de directeur spirituel : ce faisant, il a créé une spiritualité et une écriture nouvelles. L'Introduction à la vie dévote (1609) s'attache ainsi à l'homme qui tente, à égale distance du religieux et du courtisan, de vivre dans le monde tout en assurant son salut. Écrit en un style aisé, qui ne recule ni devant l'image familière ni devant le jeu de mots, l'ouvrage, « livre de chevet des mères de famille » (Bourdaloue), offre, sous les traits du dévot Philothée, le pendant du courtisan de Castiglione et de l'honnête homme de Méré : il fut quarante fois réimprimé du vivant de l'auteur et traduit en dix-sept langues. Le Traité de l'amour de Dieu (1616) développe toute une psychologie de l'amour à travers un style qui unit les traditions de l'humanisme érudit (avec le père de Vaugelas, François de Sales participa à la fondation de l'Académie florimontane) au jeu d'images de l'esprit baroque. Sa conception du sermon, débarrassée de tout fatras pédantesque, influença saint Vincent de Paul. Plus de 2 000 Lettres, le dixième de son immense correspondance, ont été publiées de 1626 à 1923.