En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ivan Iakovlevytch Franko

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain ukrainien (Nahouïevytchi 1856 – Lviv 1916).

Fils d'un forgeron, il s'initie à Lvov au marxisme, publie brochures (Qu'est-ce que le socialisme ?, 1878) et revues, compose le manifeste des socialistes galiciens (1881), organise avec Pavlyk, Terletskyï et Drahomanov un « parti radical » au programme social avancé (1889) et connaît souvent la prison. Novateurs de forme, et socialement très engagés (Sommets et Bas-Fonds, Jeux de maîtres, 1887), ses vers évoluent d'un intimisme douloureux (Feuilles flétries, 1896 ; Jours de tristesse, 1900) à la satire religieuse (Ex nihilo, 1885), littéraire (la Mort de Caïn, 1889 ; Semper tuo, 1906) et politique, pour culminer avec Moïse (1905), allégorie d'un peuple ukrainien libéré. Résolument réalistes, ses récits ouvrent la littérature au monde ouvrier, dépeignant son exploitation (Boa constrictor, 1878) et ses luttes (Borislav rit, 1881), ou les transposant dans le passé des invasions mongoles (Zakhar Berkout, 1883). Le drame paysan, Bonheur volé (1893), témoigne de son intérêt pour le théâtre.