En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bernard Le Bovier de Fontenelle

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Rouen 1657 – Paris 1757).

Son personnage de vieillard spirituel (il mourut centenaire) a fait oublier la précocité de sa réussite et de son œuvre. Bénéficiant de l'appui de son oncle Thomas Corneille, il publie dès 1677 l'Amour noyé dans le Mercure galant, se lance dans l'opéra (Psyché, 1678 ; Bellérophon, 1679) et dans la tragédie avec Aspar (1680). Il continuera à rimer des pastorales (Endymion, 1731), des églogues et des idylles. Mais c'est en moraliste sceptique qu'il réfléchit sur l'histoire, sur les sciences, sur les mœurs, sur les sentiments : les Lettres galantes de M. le chevalier d'Her *** (1685), forment la chronique imaginaire d'une société mondaine ; les Nouveaux Dialogues des morts (1683) campent des sages qui n'ont pu dans l'au-delà se débarrasser de leurs tics intellectuels, ou les grands acteurs de l'histoire désemparés par leur réputation posthume : Fontenelle y manie le paradoxe et l'ironie avec un brio exceptionnel ; la Relation de l'île de Bornéo (1686) use du voile de l'exotisme pour renvoyer dos à dos catholicisme et protestantisme – De l'origine des fables (1686) et l'Histoire des oracles (1687), critiquent l'imposture et le fanatisme. Fontenelle penche pour une République des philosophes (1682) où l'on a conscience de la relativité de toutes choses : c'est ce qu'enseignent ses Entretiens sur la pluralité des mondes (1686), dialogues coperniciens à l'usage des gens du monde, et devenus pour le xviiie siècle un modèle de « la communication des idées » selon le mot de d'Alembert. Au nom des progrès de la physique et d'une approche rationaliste de la poésie, il soutient la cause des Modernes (Digression sur les Anciens et les Modernes, 1688). Devenu membre de l'Académie française en 1691, il entre à l'Académie des sciences en 1697, dont il se fait l'historien (Histoire du renouvellement de l'Académie royale des sciences, 1708) et le panégyriste (Éloges, 1708-1733).