En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Esprit Fléchier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Évêque et écrivain français (Pernes, Comtat Venaissin, 1632 – Montpellier 1710).

Membre de la société de l'hôtel de Rambouillet, il acquit une réputation de bel esprit et fut lecteur du Dauphin (1668), aumônier de la Dauphine (1681), évêque de Lavaur (1685) puis de Nîmes (1687). Prédicateur fidèle à l'éloquence ornée du début du siècle, il fut, comme Massillon et Bourdaloue, apprécié du public et devint un spécialiste de l'oraison funèbre aristocratique (Julie d'Angennes, Turenne, Lamoignon, la reine Marie-Thérèse, le chancelier Le Tellier). Il survit surtout par le badinage de ses Mémoires sur les Grands Jours d'Auvergne (publiés en 1844). Sa réception à l'Académie française (12 janvier 1673), à la place de Godeau, évêque de Vence, donna l'occasion de la première séance publique de la Compagnie.