En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Floire et Blancheflor

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Composé au milieu du xiie siècle par un auteur français anonyme, ce récit en vers s'inspire d'un conte des Mille et Une Nuits (Neema et Noam). Sous sa première forme (développée par la suite), l'œuvre est contemporaine des romans antiques, comme l'Énéas. Mais le thème central – les amours enfantines contrariées, qui se retrouvent aussi dans le Pyrame et Thisbé français imité d'Ovide – met en scène un couple inattendu : le fils d'un prince sarrasin et la fille d'une esclave chrétienne, qui se ressemblent comme frère et sœur et font ensemble leur apprentissage des lettres et de l'amour. Après la séparation imposée par les parents de Floire et une série d'épreuves qui déplacent l'action vers l'Orient et ses merveilles inquiétantes, les deux jeunes gens finissent par se retrouver et par s'unir à Babylone, Floire se convertissant alors au christianisme. L'action s'enrichit de motifs descriptifs qui deviendront classiques (la description du verger de l'émir de Babylone) et fait de l'Orient un nouvel espace littéraire que l'on peut qualifier d'exotique. L'existence de deux versions en français et de nombreuses traductions et adaptations témoignent du succès qu'a connu ce récit dans toute l'Europe médiévale.