En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marieluise Fleisser

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Femme de lettres allemande (Ingolstadt 1901 – id. 1974).

La petite ville où elle est née constitue le cadre de la plupart de ses pièces (Purgatoire à Ingolstadt, Pionniers à Ingolstadt, 1929 ; la Race des forts, 1946), de ses récits (Une livre d'oranges, 1929 ; Aventures dans le jardin anglais, 1969) et d'un roman (Mehlreisende Frieda Geier, 1931). Mais, en représentante de la « Nouvelle Objectivité », elle jette sur ce monde un regard sans complaisance et en démasque les ressorts, dans une langue sobre et réaliste. Cette « sœur de Brecht » (C. Hohoff), interdite sous Hitler, puis oubliée, a été redécouverte après 1960.